Les mots manquants

En cinéma on parle souvent d'”image manquante” pour apporter de la valeur à une démarche artistique qui vise à montrer à l’écran une minorité jusqu’alors invisible ou du moins pas assez vue dans les salles obscures.

De nombreux livres fleurissent sur les étagères des libraires pour nous révéler les mots qui nous manqueraient. J’ai tendance à penser que ces mots n’existent pas parce qu’une culture donnée n’en a pas nécessairement l’usage. Les concepts portés par ces mots n’ont pas nécessité qu’on les importe ou qu’on les invente. Or la langue importe naturellement de nombreux mots que chaque année les lexicographes des dictionnaires ajoutent.

L’intérêt de ces réalités linguistiques étrangères réside dans la joie d’avoir l’impression de découvrir plus intimement une autre culture, par ses mots. Chaque langue tend à souligner des émotions, des phénomènes et des réalités vécues par tous, mais plus ou moins formalisées linguistiquement.

En voici quelques exemples piochés dans un très bon petit livre, Tsundico* (soit “l’accumulation en piles de livres qui ne sont jamais lus”) que je rapporte tels que décrits par l’autrice Sabine Duhamel :

  • INCHOATE : (anglais) idée vague, tellement floue et imprécise que l’on ne parvient pas encore à l’exprimer avec des mots
    • C’est dans ces moments-là qu’il faut laisser flotter le silence, aussi inconfortable soit-il, pour que l’idée telle une plume puisse se déposer doucement sur la surface de nos pensées.
  • GOYA : (urdu) tentation de croire qu’une histoire est réelle lorsqu’elle nous est vraiment bien racontée
    • Cela renforce évidemment l’idée que les humains sont bien des raconteurs d’histoires
  • FORMACJA : (polonais) ensemble des caractéristiques propres à une génération : culture, idéologie, habitudes, etc
    • Si je dis “Minikeums”, toute ma génération s’identifiera.
  • DUENDE : (espagnol) fait d’être captivé par une œuvre d’art, le pouvoir inexplicable qu’une œuvre peut exercer sur quelqu’un.
    • Cela rejoint le concept d'”aura” de l’œuvre qu’a conceptualisée Walter Benjamin. Que serait-il arrivé s’il avait été espagnol ?

La suite au prochain épisode…

*Où trouver le livre :
https://www.librairiesindependantes.com/product/9782746753433/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *